Elle aimait

Elle aimait

Elle aimait les baisers dans le cou
Ces baisers tous doux
Qui parfois rendent fous
Mais qui d'un rien font tout

Elle fermait les yeux
Ils n'étaient plus que deux
Rien de douteux
Ils étaient heureux

Lui dans le parfum de sa peau
Elle dans une image de tango
Pas la peine d'aller à Rio
Pour avoir ici ce tempo

Ils prolongeaient ce moment
Comme un arrêt du temps
Rien de vraiment important
Mais qui comptait pourtant

Ces petits baisers futiles
Peuvent sembler inutiles
Pourtant ils étaient faciles
Et leur donnaient un fil

Fil qui amenait à leurs bouches
Puis tranquillement à leur couche
Après c'était du touche-touche
Qui finissait en bouche à bouche

Commentaires

Articles les plus consultés