Coquillages et crustacés... Ecriture contrainte - jour 30

Contrainte : Plaisir, désir, Loisir, Sire, Sucette, Musette, Ravigoter, Tirlipoter, Astragale

Coquillages et crustacés

“Alors est-ce qu’un coiffeur peut se tirlipoter le schmilblick tout seul dans sa tente, pfff !”, le sketch de Coluche passe à la radio. C’est toujours un plaisir d’entendre ce moment de rigolade. Je ris intérieurement. Je repense à ces soirées en boîte en Belgique. Les Belges passaient ce sketch à la place de la musique. Pas facile pour danser. Mais c’était le charme des sorties le samedi soir. Etonnant.
Au soleil, sur la plage abandonnée, je te regarde. Tu suces ta sucette à l’Anis. Tu le fais en me regardant avec ton regard candide de petite fille sage. Tu sais que tu feras monter en moi le désir de remplacer cette sucette par une partie de mon corps pour la ravigoter un petit peu. 
Ce désir commence à se voir un peu trop. Pratique un maillot de bain à la plage mais pas discret. Je me mets sur le ventre. 
J’en profite pour regarder autour de moi. Je me livre à mon loisir favori sur le sable : regarder les jolies femmes. Plus précisément leurs chevilles, là où l’astragale fait la jonction entre la jambe et le pied. J’aime les jolies chevilles, fines, parfois ornées d’un bijou. C’est un endroit de la femme qui recèle une sensualité folle. Nos anciens étaient avisés quand ils étaient en émoi en apercevant une cheville brièvement dévoilée. Cette vue, c’est la promesse d’autres merveilles à venir. C’est le pied quoi !
Rien de bien fameux aujourd’hui. Mac Do et les tatoueurs ont rendu détestable cette partie de l’anatomie féminine. C’est pas mon jour. 
J’ai faim ! 
Qu’est-ce que j’ai dans ma musette en réserve ? 
Des Princes de Lu. Sire, permettez-moi de vous manquez de respect mais j’ai la dalle. Il faut que je mange sinon je vais faire une crise d’hypoglycémie et je ne suis pas à Malibu. Ce n’est pas Pamela Anderson qui va me réanimer mais ce CRS moustachu. J’en frissonne et j’engloutis rapidement mon biscuit. 
C’est agréable ces moments à la plage. 

C’est sûr qu’en janvier, en Bretagne et sous le crachin, c’est un peu particulier mais au moins ceux qui sont là ne sont pas venus par hasard, comme on disait chez Total avant les marées noires. 

Commentaires

Articles les plus consultés