Je t'aime mais je ne te le dis pas - Jour 45

Je t’aime, mais je ne te le dis pas


C’est le jour des amoureux. Pas des amoureuses ?
Des amoureuses, j’en ai beaucoup. Je ne leur dis pas. Il y en a trop. Ça ne se fait pas. Pourtant je leur écris des mots doux. A Elle, Elle, ou Elle. Toi, Toi ou Toi. Vous avez toutes votre charme. Un charme particulier qui m’attire vers vous.
Toi, la sage qui écrit de beaux textes qui me font rêver.
Toi, la pas sage qui t’expose impudiquement dans des poses lascives.
Toi l’intellectuelle dont la culture et l’imagination créative m’impressionnent.
Toi, la complexée, qui pense ne pas être intéressante et qui recèle des trésors d’inventivité.
Il y a votre plastique, que vous dévoilez par petits bouts, ou partiellement cachée, ou pas du tout. Mais toujours avec une mise en scène qui m’entraîne au pays de l’imagination. Ce n’est pas ce qui m’attire le plus puisque je préfère de loin imaginer que voir exposer mais il ne faut pas trop faire la fine bouche. J’aime que l’on suggère, d’autres sont plus dans l’anatomie crue. Il en faut pour tous les goûts.
Mais au final, ce sont vos personnalités qui me séduisent. Votre diversité, vos ressemblances, vos différences, ce qui vous rend unique dans l’universalité du monde. Unique à mes yeux en tout cas. Comme la Rose du Petit Prince était Unique pour Lui.
Oui, vous faites en sorte, sciemment ou inconsciemment de séduire. Et je vous le dis, cela fonctionne parfaitement sur moi.
Je suis amoureux de vous toutes. Collectivement et individuellement. C’est ainsi, vous êtes toutes désirables, chacune à votre façon.
Mais cela ne se fait pas. Nos traditions, notre société, notre éducation nous ont conditionnés à la retenue. Et il y a la jalousie. Moi avoir Toi, c’est pas Nous avoir Toi. Oh non !
Et surtout, surtout, j’ai une tigresse qui veille. Gare à celle qui laisserait traîner ses dentelles trop près de mes posts. Gare à celle qui m’écrirait de trop beaux textes d’amour. Gare à celle qui viendrait chercher trop d’intimité auprès de moi.
Oh, elles ne risquent rien ! Ce n’est pas elles qui souffriraient et encourraient son courroux ! C’est moi qui en pâtirais ! Coups et blessures, il ne resterait plus grand chose de moi. Virtuellement bien sûr. Ma Tigresse est féroce et plutôt que me perdre fera en sorte que je ne sois plus du tout désirable ou désiré. Je ne suis pas suicidaire. Je me tiens sage. Je vous écris en secret au travers de mes posts. Je sais à qui. Et quand. Mais je ne reste qu’aux mots, je ne veux pas avoir de maux.

Tu comprends, vous comprenez, pourquoi mon amour pour Toi, Vous, je ne l’exprime pas maintenant.

Commentaires

Articles les plus consultés