L'héritage d'Amour - Jour 55

Contrainte : incandescence, somnolence, huit, vie, fer, se lover, incendie, neige



L’héritage d’Amour

En fin de journée, après sa douche, juste vêtue de son peignoir, elle aime se lover contre moi dans ma chaleur. La somnolence la gagne rapidement, épuisée par sa journée au bureau.
Dehors la neige dépose son manteau de silence. Par la fenêtre, je regarde les flocons tomber lentement alors que l’incandescence du ciel traduit l’adieu du soleil. Ce rougeoiement fait penser à un incendie au loin. Il n’en est rien bien sûr mais l’impression est bien réelle.
Je la regarde dormir paisiblement. La tête sur ma poitrine, un bras en travers de mon ventre, comme pour me tenir contre elle. Je sens son énergie, sa volonté de fer. Elle veut un enfant. De toutes ses forces. Elle voudra que l’on fasse l’amour tout à l’heure. Elle espérera que cette fois ce sera la bonne. Qu’elle aura enfin la joie de porter la vie en elle. Peut-être que ça marchera. J’embrasse tendrement sa chevelure. Je ne veux pas la réveiller. Oui, peut-être que cela marchera cette fois-ci. Peut-être que dans neuf mois un petit être saluera de ses cris sa vie débutante. Elle sera heureuse. Elle aura au moins cet enfant de moi en souvenir. Elle sait qu’il me reste moins de huit mois à vivre. Elle sait que nous devons profiter d’être encore ensemble. Elle sait que cet enfant prolongera notre amour. Je ne suis pas triste. / C’est la vie.
Elle se réveille, me sourit, me parle :  
“Aimons-nous Mamour ! Vite ! Je te veux encore avec moi, contre moi, en moi ! Donne moi ta force, donne moi ta vie !”
Je la serre encore plus fort. Son peignoir tombe. L’amour prend le relais.

La vie suit son cours.




Commentaires

Articles les plus consultés