Tu ne seras jamais que la numéro 2 - Jour 49

Contraintes : mexicaine, bottes, dragon, sourire, bordel, ébullition, nocturne, guerre, sexe

Tu ne seras jamais que la numéro 2

Drago descend l’escalier qui mène au Tagada le sourire aux lèvres. Ce soir encore, il va être le Roi de la soirée, lui, le Méga Carburateur. Alina, la Mexicaine aux bottes fétiches va encore essayer de se faire passer pour une dominatrice qu’elle n’arrive pas à être.
Elle pourra peut-être l’être en jour mais tant qu’il viendra, elle ne sera que soumise. Il ne peut y avoir de contestation, ni guerre entre eux. Le Dragon qui lui tient lieu de sexe la fascine tellement qu’il la met en ébullition. Elle en perd tous ses moyens et elle redevient une petite chica docile. Elle devient alors son jouet et il en fait ce qu’il veut avec. Fini la dominatrice qui joue avec ses collègues ou son patron.
En nocturne aujourd’hui,le thème est le bordel d’autrefois. Il se dirige lentement vers son siège, celui en forme de trône. Personne ne lui conteste la place. Tout le monde s’écarte, hommes en costumes impeccables, femmes dénudées ou légèrement vêtues.
Il claque des doigts en direction d’Alina qui aussitôt se dirige vers lui. D’un mouvement de main, sans rien dire, il lui fait signe de s’incliner afin de s’approcher avec déférence. Elle fronce un sourcil et ne s’exécute pas aussitôt. Drago grimace, pose la main sur le manche du fouet qui ne le quitte jamais, le sort de la ceinture et du manche lui intime l’ordre de s’incliner, ce qu’elle fait aussitôt. Un claquement sec du fouet lui indique qu’elle doit se mettre à quatre pattes pour faire les derniers mètres. A son habitude, elle n’a pas mis de sous vêtements et sa marche à quatre pattes dévoile sa superbe croupe. Drago lève les pieds et Alina vient se placer en guise de repose pieds. La soirée peut commencer. D’un signe nonchalant de la main, Drago indique que la musique peut reprendre. Natacha et Nadia viennent s’asseoir sur les accoudoirs du trône pour qu’il puisse tenir ses mains au chaud.

Drago se penche à l’oreille d’Alina et lui murmure : “Tu ne seras jamais que la numéro 2, Alina, et ta réticence de tout à l’heure connaîtra sa juste rétribution plus tard. Je te laisse choisir ta punition. Ne me déçois pas, je veux que tu sentes dans ta chair combien tu as été effrontée. Ta récompense, tu l’auras une fois que tu auras expié ta faute. Ne me regarde pas et ne dis rien ! Baisse les yeux !  Tu me parleras quand je te dirai de le faire. Et estime toi heureuse que je ne décrète pas le tchitchi !”



Commentaires

Articles les plus consultés