Entre deux mers - 99

Contrainte : Saline/salin, écume, tintinnabuler, briser, trafalgar, dragon , drakkar, fureur, chamarré(e)

Entre deux mers

Franchir le détroit de Gibraltar, c’est quitter le calme apparent de la Méditerranée pour entrer dans la fureur océane de l’Atlantique.
L’eau change de couleur, devient chamarrée parfois. L’air est plus salin, le vent plus frais. Dans le sillage, l’écume n’a plus la même consistance. On dirait qu’ici, c’est particulier. Et ça l’est. Non loin de là s’est tenue une bataille terrible, celle de Trafalgar. Funeste date pour les marins ! Ici, est venu se briser le rêve de suprématie des mers de Napoléon. Le lion anglais, véritable dragon marin, a surpassé notre coq gaulois. Sans discussion. Sans équivoque. Quand on passe par là, les marins sont silencieux. Ils sont à l’écoute du passé, de leurs lointains anciens qui sont restés ici. Seuls tintinnabulent les gréements, comme pour saluer leurs mémoires et nous rappeler que des hommes sont morts ici.
Oh oui, cet endroit en a vu du monde. Des vaisseaux de l’antiquité jusqu’aux bâtiments les plus modernes en passant par les drakkars vikings sans doute. Les colonnes d’Hercule ! J’ai toujours eu ce moment de rencontre avec le passé quand je suis passé par là. Quelque soit le sens du passage. Une frontière invisible entre deux masses d’eaux qui se télescopent. Fureurs sous marine des éléments qui font échos aux fureurs humaines qu’ils y a eu en surface à cet endroit. Frontière maritime entre deux continents qui ne sont séparés que par un petit détroit qui n’a pas empêché les migrations dans les deux sens.

Un lieu chargé d’Histoire, comme il y en a tant sur terre et sur mer.

Commentaires

Articles les plus consultés