Non, le docteur Mamour n’est pas mort ! - 93

Contrainte : bistouri houri bistouquette guère quequette molle fesse bistrot alina

Non, le docteur Mamour n’est pas mort !

“Hola gringo ! Qu’est ce que tu fais ici ?
–Je cherche une femme !
–Ha ha ha ! Gringo, nous cherchons tous une femme ! Un jour ou l’autre ! Quelle femme ?
–Une harpie, genre houri mal dégrossie ! Qui n’a pas froid aux yeux ni ailleurs d’ailleurs si vous voyez ce que je veux dire ! Court vêtue, des bottes de cuir et un langage pas châtié ! Vous ne voyez pas ?
–Ah ah ah ! Gringo, on dirait que tu cherches Alina ! Tu ne tiens plus guère à la vie que tu viennes la chercher dans ce bistrot ou tu as la quequette qui te démange ?
–Non ! Pour tout dire je suis chirurgien esthétique et je sais qu’elle veut se faire refaire ses fesses qu’elle trouve molles. Mais ne le répétez pas !
–Qu’est ce qu’il ne doivent pas répéter, chirurgien de mon cœur ?, dit Alina qui vient d’arriver
–Rien d’intéressant, oh grande prêtresse du tagada, Terreur des carburateurs, Grande Redresseuse des bistouquettes fatiguées, rien qui vaille la peine d’être étalé ici !
–Surtout si elles sont molles, disent en riant les quelques mexicains buvant leur corona.
–Dégagez”, dit Alina en fronçant le sourcil, ce qui provoque leur départ précipité. Quand Alina fronce un sourcil, il vaut mieux partir avant qu’elle fronce les deux !
“Tu as amené ton bistouri, beau docteur Mamour ?
–Je l’ai toujours avec moi madame Alina, mais je pense que je n’en aurai pas besoin. A première vue quelques bons massages devraient remédier à ce léger désagrément. Je peux commencer rapidement.
–Tu me plais beau blond ! Appelle moi Ali et viens commencer tes soins ! Je ne te promets pas de rester sage si tu as les mains douces et chaudes ! Tu risques de faire mon quatre heures de cinq à sept. Je n’ai pas eu grand chose à me mettre sous la dent depuis quelque temps et il me semble que tu présentes des dispositions prometteuses à voir combien tu sembles frétiller de la queue à ma vue. Allons dans ma chambre ! J’ai hâte de retrouver une fermeté de meilleur aloi.
–Il se peut que les massages demandent à être complétés par quelques fessées ! A titre thérapeutique bien évidemment !
–Toi tu me plais ! Tu sais me parler ! Allons vite commencer ce traitement !”

Je ne sais pas combien de temps cela va durer mais je sens que cette patiente va me donner et avoir du plaisir. Ça a du bon ce métier quand même !




Commentaires

Articles les plus consultés