Adieu la vie !



Adieu la vie !

You know what ? I am happy !
Pour les bretonnants, vous savez quoi ? Je suis content !
Content parce que tout à l’heure, après la corvée bêtifiante de jusqu’à ce que la mort vous sépare, je vais me taper une andouillette de Guéméné au piment d’espelette. Je vous dis pas.
Jusqu’à ce que la mort vous sépare ! N’importe quoi ! Jusqu’à ce que la Maure vous sépare là oui ! Il y en a quelques unes qui damneraient saints, saintes, le Père et le Fils sans oublier le Saint Esprit ! Ca oui, il y a risque de séparation vu les avantages en nature, et la nature a été bien généreuse parfois, que ces Maures ont !
J’en souris benoîtement, en Suisse, dans mon coin ! Ils croient que je ne les vois pas me regarder pendant que je me fous de leurs gueules en plus ! Ca me donne encore plus la banane !
Regardez moi les ces deux là ! Est-ce qu’il sait que sous ses airs de sainte Nitouche elle hurle à plein poumons quand elle prend son pied ! Obligé de lui mettre un coussin sur la figure pour ne pas se faire exploser le tympan ! Elle n’a pas l’air comme ça, timide et réservée, mais au pieu c’est de la pouliche de Grand Prix ! Une gagnante de l’Arc de Triomphe ! Capable de te faire gagner le tiercé dans l’ordre ! Une gagneuse de premier ordre ! Une qui te vide encore plus complètement et plus sûrement qu’une poissonnière vide un poisson pour le préparer pour la cuisson ! Foutre Dieu ! La diablesse que voilà !
Et lui ! Lui ! Coiffé comme les Jackon Five à lui tout seul ! Il a pas inventé l’eau chaude ! Il  ne l’a pas encore touchée ! J’en suis sûr ! Il se réserve pour la nuit de noce ! Bourré à la vodka il est probable qu’il dorme et elle finira comme d’habitude avec 4 ou 5 drôles qui vont lui faire chanter des airs d’opéra improbables ! Le beau couple que voilà ! Ils vont se marier et le seul qui se réjouit ici, c’est moi. Et dire que je vais devoir leur souhaiter tout le bonheur du  monde ! Surtout ne pas rire en le disant ! Rester sérieux !

Il va falloir que j’efface ce sourire ! Tout le monde me regarde. Je vais passer pour le ravi de la crèche si ça continue. Le simplet qui est toujours content ! Mais ils ne m’aident pas. Vraiment ! Vu la tête qu’ils font tous, j’ai envie d’éclater de rire. Heureusement c’est un mariage, pas un enterrement. Quoique. Ils disent adieu à la liberté et à la vie dans un sort. C’est une petite mort quand on y pense, un mariage, surtout avec ces deux gais lurons ! Autant rire un bon coup maintenant. Après il sera trop tard !




Commentaires

Articles les plus consultés