Comme un petit Prince !

Contraintes : Désespoir, infamie, flétrir, laurier, plastron, lot, Garonne, doryphore, plaid


Comme un petit Prince !


“Dessine moi un doryphore !”
– Qu’est-ce que tu veux toi ?
– Dessine moi un doryphore !
– J’ai tiré le gros lot ! Un gamin sorti de nulle part et qui me demande de dessiner un dinosaure ! C’est bien ma veine !
– Pas un dinosaure ! Un doryphore ! Avec un beau plastron plein de couleurs !
– Je ne sais pas dessiner et je ne sais pas ce que c’est qu’un doryphore ! Voilà !
– Désespoir et infamie ! Il a fallu que je tombe sur le neuneu de service !
– Dis donc toi gamin ! Je ne te permets pas !
– Il n’y a personne qui connaît les doryphores et qui sait dessiner sur cette planète ?
– Sur cette planète ? Tu sors d’où toi ?
– De cette rivière où je suis tombé quand je suis arrivé ici.
– Cette rivière est un fleuve et s’appelle La Garonne !
– Vous donnez des noms aux fleuves sur votre planète ? Drôle d’idée ! Ils sont tous pareils : c’est de l’eau qui coule. Enfin la plupart du temps. Parfois elle s’arrête. Ou fait demi-tour. c’est ce qui est amusant avec les rivières elles changent tout le temps de sens et de place. En tout cas chez moi. Sur ma planète à moi.
– C’est ça ! Et pourquoi tu veux que je te dessine un doryphore ?
– Parce que ma plante va flétrir si je ne lui ramène pas. Elle m’a dit, ramène moi un beau dessin de doryphore. Va sur la planète des primitifs. Il y en a bien un ou deux qui pourra te faire ça.
– Les plantes parlent sur ta planète ! Tu as de l’imagination petit !
– Pas toutes les plantes ! Tu es bête toi ! Seules celles que l’on apprivoise ! Il faut qu’elles soient en confiance pour te parler. A toi aussi elles pourraient te parler. Si seulement tu prenais le temps de leur parler et de les respecter.
– C’est ça ! Je ne suis pas comme toi ! Je ne suis pas fou ! C’est quoi ta plante alors ?
– Un laurier rose ! C’est beau un laurier rose ! C’est vert tout le temps ! C’est pour ça que c’est beau ! Il est plus souvent vert que rose ! C’est amusant ! On en rit bien tous les deux !
– Tiens, je t’ai fait un dessin. C’est un doryphore !
– Il ressemble à un nuage ce doryphore ! Non à un nuage avec des pattes ! Comme un mouton !
– C’est un mouton qui s’appelle doryphore ! Tu vois que je sais dessiner un doryphore tout compte fait !
– Trop bien ! Je vais pouvoir repartir chez moi !
– Ah oui ! Comment ça ? En soucoupe volante ?
– Ben non gros bêta ! En faisant ce que vous appelez mourir ! C’est comme ça que je voyage ! L’inconvénient c’est que j’ai froid à chaque fois ! J’ai froid monsieur, j’ai froid !
– Mets toi sous ce plaid ! Tu vas te réchauffer et ça va passer !
– Oui je vais passer. De l’autre côté. Merci et au-revoir monsieur. Ce fut un plaisir. Je retourne chez moi.

– Oui oui. Je n’en doute pas. Tu ne dis plus rien ? Mais tu es où ? Il n’y plus rien sous ce plaid ! Il a dû partir. A  moins que ce satané soleil m’ait fait avoir une hallucination. Ça doit être ça ! Pas un mot en rentrant sur cette histoire ! Elle va encore dire que j’ai trop bu !




Commentaires

Articles les plus consultés